Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

La complainte de l’hadrosaure en Alaska

Le 20 février 2018 par Jean Le Loeuff

Un bébé avançant à quatre pattes, ce n’est pas forcément une image qui laisse pantois. Mais quand il s’agit de dinosaures ornithopodes, et plus précisément d’hadrosaures (les célèbres « becs de canard ») ce n’est pas l’hypothèse privilégiée jusqu’à maintenant : on suppose en effet que si les adultes, qui pouvaient peser plusieurs tonnes, étaient quadrupèdes, les jeunes se déplaçaient sur leurs pattes postérieures jusqu’à atteindre un certain poids à partir duquel ils basculaient sur quatre pattes. Ces considérations sont basées sur l’examen de nombreux ossements désarticulés du dinosaure américain Maiasaura dont on connaît les restes de jeunes et d’adultes. Et l’on a eu tendance, ces derniers années, à généraliser cette idée à l’ensemble des hadrosaures, voire des gros ornithopodes. Mais Maiasaura était-il représentatif de l’ensemble des hadrosaures ? Deux découvertes américaines ont quelque peu bousculé cet élégant concept ces derniers mois. La première est une découverte d’empreintes de pas d’un tout petit hadrosaure d’Alaska ; la seconde celle du squelette d’un bébé edmontosaure au Montana. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Amérique du Nord,Nouveautés,Ornithopode,Paléoichnologie

Toumaï aïe aïe aïe : triste histoire d’un fémur indigne

Le 13 février 2018 par Jean-Louis Hartenberger

Depuis quinze ou vingt ans en çà, au travers du désert tchadien, le géographe Alain Beauvilain et ses guides trébuchèrent : un tas d’os à leurs pieds les avait entravés. Abattus mais l’esprit et l’œil pointus, la fine équipe d’explorateurs immortalisa l’obstacle par de nombreuses photos et notes : un talus sableux encombré d’os noircis par le temps. Ici un crâne simiesque, là une cuisse tout autant, de ci de là des os, mâchoires et dents éparpillés et dans l’instant innommables. Le tout fut recueilli avec grand soin, archivé, étiqueté, emballé au mieux et emporté (température ambiante lors de la récolte : 55°C). Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Afrique,Fouilles paléontologiques,Histoire de la paléontologie,Nouveautés,Primate

L’ankylo écarlate : du nouveau sur la couleur des dinos

Le 8 février 2018 par Jean Le Loeuff

Achille, 3 ans et des poussières, est l’heureux propriétaire d’un ankylosaure rouge dont il se sépare le plus rarement possible ; il l’accompagne à la plage, dans son bain, à table… Achille possède pourtant une horde de dinosaures variés et en constante augmentation mais son préféré, ce n’est ni le T. rex, ni le Diplo, c’est l’ankylosaure rouge. Des paléontologues viennent de lui donner raison, ou du moins de conforter scientifiquement cet attachement apparemment irrationnel : l’ankylosaure d’Achille, quoique manufacturé en Chine avant cette nouvelle découverte, pourrait bien avoir été dans les tons rouges. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Amérique du Nord,Ankylosaure,Nouveautés

Planeurs à poil du Jurassique

Le 31 janvier 2018 par Jean-Louis Hartenberger

Trois Mammifères planeurs d’âge Jurassique (160 ma) découverts en Chine dans les Provinces de Liaoning et Hebei viennent de nous être révélés (1, 2, 3). Ils sont donc plus anciens que le Volaticotherium d’âge Crétacé (125 ma) décrit voici une dizaine d’années (4). Décidément, les Mammifères de ces temps souvent qualifiés de primitifs avaient des aptitudes aussi inattendues que remarquables. D’autant que c’est probablement de nuit ( http://www.scilogs.fr/histoires-de-mammiferes/mammiferes-dinosaures-nuit-jour/) que ces petites bêtes poilues à sang chaud s’élançaient dans les airs pour soit gagner les futaies et se nourrir de bourgeons, de fruits frais ou graines, soit rejoindre un partenaire et se reproduire, à moins que tout simplement ce fut pour se baguenauder en prêtant oreille au doux (?) ronflement des Dinosaures à écailles ou plumes assoupis à leurs pieds, et dont ils n’avaient à cette heure rien à craindre. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Evolution,Mammifères fossiles,Nouveautés

Imaginez Dory, l’héroïne de Disney à la mémoire vacillante et copine de Némo, qui rencontre Relicanth, le Pokémon de type eau et roche de troisième génération. Ils flirtent un peu et finissent par pondre un œuf. Quel étrange animal naîtrait de cette union ? Serait-ce un poisson bizarre affublé d’une tête pointue et flanqué de grandes nageoires ? Et, combe de l’étrangeté, le retrouverait –on pétrifié au sommet d’une montagne suisse ? Eh bien, cher lecteur, c’est ce qui s’est produit ! Ou presque. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Evolution,fossiles vivants,Fouilles paléontologiques,Nouveautés,poissons,Poissons fossiles