Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

Dans la course à « j’en-ai-une-plus-grande-que-toi » (une plus grande taille corporelle, s’entend), on a vu dans la catégorie des dinosaures carnivores le T. rex se faire battre par le redoutable Spinosaurus : 13 mètres pour le premier contre 17 mètres pour second selon une estimation de 2005 basée sur un fragment de crâne en provenance du Maroc. L’histoire de Spinosaurus est bien plus ancienne puisque le genre a été décrit en 1912 par le paléontologue allemand Ernst Stromer sur du matériel en provenance du Crétacé d’Egypte. La vie de cet homme est une aventure romanesque pleine de drames et de passion, mais laissons ceci de côté pour nous intéresser à son dinosaure. Et l’histoire de ce dernier commence mal car le spécimen type (le spécimen étalon d’une espèce) de Spinosaurus aegyptiacus fut détruit en 1944 lors du bombardement du Musée d’histoire naturelle de Munich où il était conservé. Lorsqu’un holotype est perdu on peut définir un néotype, et c’est ce que vient de faire une équipe internationale dans un article publié dans Science Express.

Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Afrique,Nouveautés,Théropode

Quand Neandertal et d’autres faisaient caca

Le 11 septembre 2014 par Jean-Louis Hartenberger

C’est bien sûr du régime alimentaire de nos ancêtres dont je vais discourir, me fondant sur un travail récent d’archéologues bio-géochimistes (1). Leur étude porte sur l’analyse de coprolithes découverts dans les assises d’un campement de Néandertaliens du Paléolithique moyen. Le gisement est près d’Alicante en Espagne, au lieu dit El Salt, et il est étudié depuis plusieurs années. Il a pu être mis en évidence qu’en de nombreuses occasions les hommes s’y étaient installés et y avaient vécu, entre 60 000 et 45 000 ans. Parmi les restes fossiles livrés par les différentes couches de ce sol d’occupation, les chercheurs font état de la découverte de coprolithes, fèces fossiles de Néandertaliens, et des résultats des analyses bio géochimiques très sophistiquées qu’ils ont conduit en laboratoire. Ils concluent que le régime alimentaire de ces hommes fossiles était composé de viande et de végétaux, et de ce point de vue ce résultat est en accord avec d’autres travaux utilisant des approches différentes, en d’autres lieux et sur d’autres types de fossiles : stries d’usure de l’émail des dents, analyses isotopiques des ossements, etc. Ainsi ces hominidés étaient-ils omnivores. Le clou de leurs analyses est qu’elle leur permet d’avancer que les Néandertaliens, tout comme les hommes modernes, avaient un taux élevé de conversion du cholestérol en coprostanol, et ce grâce à la présence d’une flore bactérienne dans leur tube digestif capable d’assumer cette transformation.

Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Amérique du Sud,Coprolithe,Nouveautés

Le coelacanthe : un « presque fossile vivant »

Le 4 septembre 2014 par Lionel Cavin

« Encore cette histoire de fossile vivant » pensez-vous ? C’est vrai, il a déjà été souvent question de cette expression dans le dinOblog. Elle a même suscité une discussion plutôt vive ici à propos de sa signification et du bien-fondé de son utilisation dans la littérature scientifique et de vulgarisation. Alors si vous en avez vraiment marre des « fossiles vivants », quittez vite cette page, désolé (mais revenez sur le dinOblog pour le prochain billet !).

Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Evolution,fossiles vivants,Nouveautés

L’on sait, depuis Jurassic Park, qu’un tyrannosaure est un animal solitaire, ombrageux, enclin à dévorer des avocats véreux et à pourchasser des véhicules automobiles qu’il prend sans doute pour des boîtes de conserve. Mais depuis le 23 juillet le cliché du grand prédateur solitaire a pris un coup de vieux. Comme souvent quand il s’agit de paléobiologie ou plutôt de paléoéthologie (l’étude du comportement des animaux disparus) les éclaircissements sur le mode de vie des tyrannosaures proviennent de la paléoichnologie, l’étude des traces de pas fossilisées. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Amérique du Nord,Musée des Dinosaures d'Espéraza,Théropode,Tyrannosaurus

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Plus que pour quiconque, cet adage de Jean de La Fontaine semble pouvoir caractériser le métier de paléontologue, et nous allons voir que c’est encore plus flagrant dès il s’agit de tortues fossiles ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

Publié dans : Nouveautés,Tortue fossile