Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

Articles taggés ‘Blog dinosaures’

Helder Gomes Rodrigues est paléontologue spécialiste de l’évolution des mammifères. Cet article est inspiré de sa conférence aux dernières Rencontres du Dinoblog

Quand t’es dans le désert depuis très longtemps et que tu te demandes à quoi ça sert… d’avoir des longues dents. Pas question de parler d’animaux carnivores ici, mais plutôt de paisibles mammifères herbivores présentant la singulière particularité d’avoir développé des dents à croissance prolongée ou continue se manifestant par une couronne dentaire très haute. Si vous vous demandez si cela contribue ou non à embellir leur sourire, là n’est pas la question, mais plutôt à quoi ces grandes dents peuvent-elles bien leur servir ? Lire plus…

Facebook Twitter Email

On vient de redécouvrir dans les collections d’une université du Japon un fémur sous une étiquette erronée : catalogué « dinosaure » voici 60 ans, il s’avère qu’il appartient à un de ces ours de mer du Pacifique qui hantèrent ses rivages tout au long du Miocène (1). Si l’on ajoute que le gisement est proche de la tristement célèbre ville de Fukushima et que le spécimen a subi depuis sa découverte d’autres avanies, on ne peut s’empêcher de saluer la pugnacité des chercheurs qui mettent en lumière ce bout d’os que tant d’autres auraient méprisé. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Une fois n’est pas coutume nous consacrerons ce billet à une note parue dans un journal que nous lisons trop rarement : l’International Journal of Astrobiology. Comme son nom l’indique cette revue scientifique très sérieuse est consacrée à la biologie extraterrestre. Leur sujet d’étude n’ayant pas encore été découvert, les astrobiologistes sont forcément des experts en matière d’hypothèse, la méthode ayant fatalement plus d’importance que les observations, en l’absence de matériel à observer. Notons que la paléontologie extraterrestre (que l’on baptisera astropaléontologie ou xénopaléontologie) relève également de l’astrobiologie. Hélas le xénofossile, humble cellule ou ET (celui de Spielberg) disparu, reste aussi à découvrir. Lire plus…

Facebook Twitter Email

On connait le goût prononcé des dinosaures de la famille des spinosauridés pour les poissons. Une nouvelle victime de leur penchant coupable vient d’être découverte gisante au milieu de l’ « empire du million d’éléphants ». Que s’est-il passé ? Comme préambule, signalons que les spinosaures ne mangeaient pas exclusivement du poisson car on a retrouvé des vertèbres de dinosaure dans ce qui fut l’estomac de l’un d’entre eux et la dent d’un autre fichée dans les vertèbres d’un ptérosaure. Mais quand-même, les poissons occupaient une place importante dans le régime alimentaire de ces dinosaures qu’on peut qualifier de piscivore. La preuve de ce régime se voit comme le nez au milieu de la figure : les spinosaures ont une gueule à manger du poisson avec leur museau allongé et étroit, leurs dents coniques, les grandes griffes de leurs pattes antérieures. Tous ces attributs sont ceux d’un bon pêcheur. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Un poisson de base, le poisson rouge de votre bocal ou le maquereau de votre assiette, est généralement pourvu de sept ou huit nageoires : cinq sont sur le ventre, une ou deux sur le dos et une, tout au bout du corps, qui lui sert de queue. Mais quelques chanceux en ont beaucoup plus comme les polyptères. Leur nom signifie, je vous le donne en mille, « celui aux nombreuses nageoires » car ces poissons portent sur le dos une longue série de petites nageoires piquantes. Malgré l’apparence originale de ces animaux, donc plutôt facile à reconnaître sous forme de fossiles, on ne connaît pas grand-chose de leur histoire évolutive. Considérés comme les plus primitifs des poissons vivants à nageoires rayonnées (c’est-à-dire les actinoptérygiens), on s’attendrait à trouver leurs fossiles dans des roches au moins trois fois plus âgées que celles qui contiennent leurs plus anciens fossiles. Mais voilà, rien à faire, la grand-mère des polyptères se terre. Enfin, c’était vrai jusqu’à une date récente car il semble bien que l’aïeule tant recherchée se planquait quelque part sous terre au cœur de l’Asie, la petite coquine. Elle aurait été aperçue dans des roches vieilles de 200 à 250 millions d’années, ce qui est tout de même plus respectable que les 100 petits millions d’années correspondant à l’âge du plus vieux fossile connu jusqu’ici. Lire plus…

Facebook Twitter Email