Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

Catégorie : Dinosaures à plumes

Difficile d’être passé à côté de cette histoire fort médiatisée : la queue ornée de plumes d’un petit dinosaure carnivore a été découverte par des chercheurs chinois dans un morceau d’ambre birman vieux d’une centaine de millions d’années. On connaissait déjà des plumes dans l’ambre, sans pouvoir certifier qu’il s’agît de plumes d’oiseaux ou de dinosaures non-aviens. On connaît aussi des plumes de dinosaures carnivores fossilisées de manière plus traditionnelle, donc déformées et compressées dans des roches sédimentaires. Mais une queue de dinosaure dans de l’ambre, doux Jésus ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

 

Lire plus…

Facebook Twitter Email

C’est une vraie petite révolution qui s’est déroulée au cœur de l’été, quand vous vous préoccupiez davantage de vos serviettes de bains ou de vos parapluies que de la biologie des dinosaures. Je me plais à imaginer votre stupeur : quoi, une révolution dinosaurienne et on ne m’aurait rien dit ! Damned ! Une sueur glacée coule entre vos omoplates, vous haletez légèrement, votre rythme cardiaque s’accélère… Et pourtant si, cher lecteur : en 17 mots comme en cent, attends-toi à voir bientôt débouler des Triceratops à plumes et des iguanodons de la même eau… L’un des derniers bastions de l’épilation est en effet tombé : des ornithischiens (l’autre grand groupe de dinosaures, à côté des saurischiens, ces derniers rassemblant les théropodes carnivores et les grands sauropodes au port altier) avaient des plumes ! Attention, ne me faites pas écrire ce que je n’ai pas écrit ; « des » ornithischiens, pas (encore) « les » ornithischiens. Alors il est vrai que les ornithischiens, finalement, on n’en parle pas trop sur ce blog : une maigrichonne dizaine de billets contre une trentaine aux saurischiens, y’a un peu de ségrégation mais ils n’avaient qu’à avoir des plumes, après tout ! Et bien ça, c’est fait ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

Un nouveau dinosaure à plumes vient de tomber, c’est Nature Communications qui nous en informe aimablement. Passons rapidement sur son identité, il s’appelle Changyuraptor, est chinois et crétacé, et c’est un cousin de Microraptor, le premier dinosaure à quatre ailes connu (pourvu de plumes sur les quatre pattes). Changyuraptor a de très longues plumes sur la queue : 30 cm pour une bestiole d’à peine plus d’un mètre.  La nouveauté c’est que contrairement à ses cousins, dont on nous a dit qu’ils planaient peut-être gracieusement de branche en branche, les communiqués de presse nous causent de Changyuraptor comme d’un dinosaure sachant voler ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

C’est en 1998, nous dit-on, que le monde émerveillé a découvert l’existence de ces dinosaures à plumes qui ont conduit nombre d’illustrations antérieures au cimetière des vieilles images paléontologiques. Cette année-là en effet le journal Nature publia coup sur coup la description de trois petits théropodes chinois revêtus de protoplumes (Sinosauropteryx, Caudipteryx et Protarchaeopteryx) découverts dans les gisements crétacés du Liaoning. Ce fut le début d’une avalanche de dinosaures emplumés dont on ne voit pas la fin (on en a causé ici par exemple). Et 1998 est donc une sorte d’année 0 de la plume dinosaurienne. Lire plus…

Facebook Twitter Email