Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

Catégorie : Actualités des musées

Par rapport à d’autres pays, la France est peu impactée par les idéologies créationnistes, probablement en raison d’un fort attachement au cartésianisme et à la laïcité. Cette situation est peut-être aussi le résultat d’un changement progressif de l’attitude de la religion catholique. Elle qui, pendant des siècles, fut la défenseuse bornée d’une interprétation littérale des textes bibliques reconnaît maintenant que l’évolution est « plus qu’une théorie » (une formulation qui n’est pas très heureuse). Cette relation apaisée ne concerne cependant pas l’ensemble de la communauté catholique. Mais le flambeau de l’aveuglement ne s’éteint jamais ! C’est maintenant au tour des pasteurs et autres joueurs de guitare qui les accompagnent dans des temples réformés de diffuser les idées créationnistes partout dans le monde. Depuis peu, des porte-voix de l’islam se joignent au chœur, avec Harun Yahya dans le rôle du soliste. Ce prédicateur turc a distribué des milliers d’exemplaires de son atlas de la création, un ouvrage qui se distingue par son poids (6 kg) et par la superficialité de son contenu qui n’est égalée que par la fatuité de son auteur. Non, décidément, dès que les religions s’intéressent à autre chose qu’à ce machin qui nous distinguerait des bêtes, l’âme, elles se fourvoient. On peut rétorquer que l’opposition à la notion d’évolution ne concerne que les religions du Livre (le « débat » fait rage aussi au sein du judaïsme) et il est vrai que le bouddhisme et peut-être l’hindouisme, pour ne citer qu’elles, semblent moins concernées. Mais je suppute que cette absence de hargne est plus le résultat d’un désintérêt pour la question qu’une réelle acceptation de la réalité scientifique (pas facile d’associer réincarnation et évolution, sauf pour un extrémiste lamarckien !). Leur tour viendra probablement… Lire plus…

Facebook Twitter Email

Les rencontres du Dinoblog – Saison 3

Les troisièmes rencontres du Dinoblog auront lieu les 1er et 2 juillet prochains à Espéraza. Comme pour la saion 1, comme pour la saison 2, cet événement est l’occasion de partager les travaux des paléontologues. Mais il y est aussi question de littérature, de cinéma, de BD, de photos etc. Ces rencontres sont ouvertes à tous les publics, il suffit de s’inscrire.

photo David Le Bozec Lire plus…

Facebook Twitter Email

INFOS

    Jean Le Loeuff donnera une conférence au Muséum d’histoire naturelle de Genève le vendredi 24 février de 19h à 19h45 : La reconstitution des  dinosaures.       Sans inscription – entrée libre et gratuite – tout public

 

 

 

Vous pouvez désormais retrouver le musée sur Instagram (musee_des_dinosaures) pour partager toutes nos photos d’actualités, d’archive, de fouilles, de fossiles et de reconstitutions.

Facebook Twitter Email

A la croisée des regards

Cyril Charles est biologiste de l’évolution à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Pour inaugurer son entrée dans la communauté des dinoblogueurs, il nous propose sa visite du musée des Confluences dont certains partis pris muséographiques n’ont pas contenté toute la communauté scientifique. Cyril fera également partie des conférenciers lors des prochaines rencontres du DinOblog où il nous fera partager deux de ses grandes passions : la termitophagie et la vermivorie.

 

Lire plus…

Facebook Twitter Email

Voilà, Jurassic World est sorti et il faut donc écrire un billet sur ce film sur lequel j’ai si peu de choses à dire… Mais que n’ont-ils emplumé ces damnés dinos ?

Quand Jurassic Park sortit en 1993, ce fut un événement mondial habilement orchestré par les communicants, mais aussi une révolution dans l’imagerie paléontologique. Bien sûr les images de synthèse nous offraient enfin des dinos réalistes, même si toutes proportions gardées elles nous époustouflèrent tout autant que les dinos filmés en image par image fascinèrent nos grands-parents quand Le Monde Perdu fut projeté en 1925. Plus que le réalisme de la technique, ce sont les types de dinosaures choisis par Spielberg qui bousculèrent les conventions : un tyrannosaure à la colonne vertébrale horizontale déboulant à la vitesse d’une voiture, bien loin des reconstitutions de l’animal à la queue traînant par terre qui figure dans tous les livres d’avant Jurassic Park. Cette nouvelle image de dinosaures dynamiques et intelligents, à la queue se balançant bien au-dessus du sol avait été élaborée dans les années 70 par les paléontologues, mais c’est largement le film qui l’a fait connaître au grand public. C’est sans doute pour ça que la gent paléontologique attendait beaucoup de Jurassic World, que cette suite de Jurassic Park devienne à son tour le vecteur de la diffusion vers un très large public des nouveautés qui se sont accumulées depuis 25 ans, et dont on vous entretient régulièrement sur ce blog. Et notamment de la plus visible de ces nouveautés : les dinosaures à plumes. Lire plus…

Facebook Twitter Email