Le Dinoblog

La paléontologie dans tous ses états, par l'équipe du musée des dinosaures

Catégorie : Nouveautés

Les ostéodermes de titanosaures constituent une passionnante énigme de la paléontologie depuis une trentaine d’années. Chez les dinosaures on a longtemps pensé que ces ossements qui se développent dans la peau (d’où leur nom) comme chez les crocodiles étaient l’apanage des ankylosaures. Ces dinosaures ornithischiens sont en effet entièrement caparaçonnés de plaques osseuses dont la fonction défensive paraît évidente. En 1980, les paléontologues argentins Bonaparte et Powell surprirent leur monde en décrivant des ostéodermes associés à un squelette du titanosaure (un dinosaure sauropode, donc) Saltasaurus loricatus. Saperlipopette ! Un sauropode couvert d’os ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

Il y a quelques mois une petite fille très sérieuse me demandait combien de temps un dinosaure passait dans son œuf avant d’éclore. Et bien chère petite fille lui répondis-je, on n’en sait fichtre rien ! Et on n’a même aucun moyen pour le savoir. Elle me contempla, déçue, avec un peu de commisération tout de même, comme l’on regarde un vieil oncle un peu couillon incapable de répondre aux questions les plus élémentaires alors qu’on le paie pour ça (ce à quoi je ferais d’ailleurs remarquer, en ces temps de campagne électorale, que si tout salaire méritait travail ça se saurait). Et bien ma réponse était lamentable en réalité, mais pour ma défense je dirais que c’est de la faute à von Ebner. Viktor von Ebner (1842-1925), fut un distingué anatomiste autrichien. Lire plus…

Facebook Twitter Email

S’il n’est pas, loin s’en faut, l’un des dinosaures les mieux connus ostéologiquement parlant, Agustinia est un incontournable pour les collectionneurs de figurines de dinosaures : c’est un sauropode de taille moyenne recouvert d’extraordinaires appendices osseux prolongeant ses vertèbres et constituant une double crête sur son cou et son échine dorsale. L’animal vivait en Argentine, dans la province de Neuquen et qui plus est durant l’Aptien (125-113 Ma). Il a été découvert à la fin des années 1990 et décrit par le pape de la dinosaurologie argentine, José Bonaparte, en 1999. Lire plus…

Facebook Twitter Email

Quand on pense à un chantier de fouilles paléontologiques, des images de carrières poussiéreuses écrasées par un soleil de plomb surviennent immanquablement, avec des jeunes gens dépenaillés s’attaquant à grands coups de burins ou de pioches aux strates mésozoïques. Bref la découverte de dinosaures n’évoque guère les coups de chaluts, les cirés Cotten, les bottes, la mer forte à très forte avec un vent de secteur Nord forcissant force 7 à 8 sur Dogger, Fisher, Iroise, les chalutiers ni les marins pêcheurs néerlandais… Et pourtant ! Lire plus…

Facebook Twitter Email

En attendant que cesse enfin 2016

Entre la bûche de Noël et les cotillons du nouvel an, pour éviter de digérer devant la 300 millième rediffusion de Sissi Impératrice, du Bossu, de la Marquise des Anges, (alors ce serait donc vrai, il n’y plus que les vieux qui regardent la télé ? ) vous pouvez regarder ça : l’intégralité d’une conférence organisée au mois de novembre par l’Université et le Muséeum d’Histoire Naturelle de Genève. The sujet : T. rex of course. Le conférencier : Jean le Loeuff.

Et tant que j’y suis je vous mets aussi une interview qu’il a accordée à Julien Benoit de Stop Science sur… T. rex. Profitez en car j’ai entendu dire que Jean allait délaisser le féroce reptile pour se consacrer à la rédaction d’un nouveau livre sur un autre hyper célèbre dinosaure beaucoup plus sympatoche.

 

Bonne année à tous

Facebook Twitter Email